Ces sites d'info qui délocalisent la modération des commentaires

Ces sites d’info qui délocalisent la modération des commentaires

Télécharger en PDF

Le « tout participatif » sur les sites d’information a un prix : celui de délocaliser ses modérateurs. Et pour cette tâche, l’Afrique et ses travailleurs à bas coût est particulièrement prisée…

C’est ce que met en lumière un article du site StreetPress, qui nous révèle que les principaux médias français ont tendance à « faire appel à des modérateurs à Madagascar ou au Maroc, au prix de conditions de travail qu’on n’accepterait jamais dans l’hexagone ». Car les débats participatifs et l’ouverture des commentaires aux non-abonnés entraîne une audience importante, difficile à gérer en interne. Un exemple avec Le Monde, qui a récemment décidé ponctuellement d’ouvrir ses commentaires non pas qu’à ses 127 000 abonnés mais également à ses « 10 à 20 millions de visiteurs uniques ».

« Plutôt que de recruter, ce qui coûte cher, ils ont choisi de prendre un intermédiaire qui va fouetter », analyse un cadre anonyme du secteur. Pour cette sous-traitance, trois sociétés sont en pointe : Netino, Concileo et Achtik Service. Netino est de loin la société la plus sollicitée par les médias français. Parmi ses clients : 20 Minutes, BFMTV, Le Nouvel Obs, Le Monde, Europe 1, Les Échos, L’Express, Le Point… et bien d’autres. Si les cadres sont français, les « petites mains » qui travaillent 48 heures par semaine sont essentiellement des Africains, surtout Malgaches.

Netino s’appuie beaucoup sur le télétravail, exigeant de sa main d’œuvre « deux connexions Internet différentes et un groupe électrogène en cas de panne d’électricité ». À titre d’exemple, le contrat conclu entre cette société et Le Monde n’est que de 20 000 euros. La raison en est simple : les salariés ne sont payés que 250 euros par mois pour près de 48 heures de travail. L’un de ses concurrents Concileo, emploie 40 personnes au Maroc, pour un salaire de 450 à 575 euros net.

Interrogés par StreetPress, les responsables de la presse française confient qu’il s’agit là d’un « mal nécessaire ». Éric Mettout, directeur adjoint de la rédaction de L’Express (client de Netino) évoque « une décision prise dans la douleur ». Aude Baron, responsable du « Plus » du Nouvel Obs (également client de Netino), explique qu’« internaliser, ça coûte hyper cher. Après, on fait attention à suivre leur travail de près et jusqu’à présent, on en est très content ». Et de poursuivre : « Je ne suis absolument pas contre le télétravail et si on peut donner du boulot à des gens, ça ne me pose pas de problème. Moi, mon souci c’est que ces gens travaillent dans de bonnes conditions. (…) Après, qu’ils habitent à Tambouctou ou à Neuilly… ce qui m’importe c’est le résultat. » Pourtant, celle-ci confie n’avoir « aucun moyen de savoir si ces gens sont bien traités »…

« Parmi les clients de Netino, seul France TV a fait le choix du made in France. Pour le Figaro, le Parisien, Libération, le groupe Radio France et de nombreux titres de la presse régionale, Concileo emploie l’équivalent de 15 temps-plein, aussi salariés en France », note StreetPress.

Enfin, le troisième auteur important du secteur, Atchik Services, bien que très loin derrière ses concurrents, vante son « 100% Made in France ». Cependant, cela passe par des concessions : une partie « importante des messages est traitée de manière automatisée, à partir de mots clefs prohibés ». Chez Atchik, on choisit « des robots plutôt que des Malgaches », conclut StreetPress.

Crédit photo : sqback via SXC (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook