Causeur souhaite amener « un peu de bagarre civilisée »

Causeur souhaite amener « un peu de bagarre civilisée »

Causeur souhaite amener « un peu de bagarre civilisée »

Télécharger en PDF

Interrogé par « Le buzz Orange-Le Figaro », Élisabeth Lévy a réagi à la parution en kiosque de son magazine, Causeur.

Au micro d’Enguérand Renault, la journaliste s’est défendu d’être à la tête d’un « Marianne de droite ». « C’est un magazine pluraliste. Certains de nos confrères nous qualifient de réacs ou de néo réacs. Mais il y en a de droite comme de gauche. Nous sommes un journal d’opinion, de commentaires et d’analyses et en plus, un peu rigolo. Nous assumons le fait que sur l’information, il y a déjà d’excellents médias ; nous voulons pour notre part rendre l’information intelligible », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’« au sein même de Causeur, il y a différents points de vue. Il y a une aile libérale dure et une aile chevènementiste car j’en viens. »

Causeur, qui vise grâce à cette distribution en kiosque la barre des 15 000 ventes, doit faire ses preuves dans le « grand bain ». « Il faut des moyens car on ne peut pas faire travailler les gens avec des salaires chinois ! Si on veut se développer et s’améliorer, nous avons besoin de moyens », a déploré Élisabeth Lévy. Car pour elle, Causeur a fait ses preuves d’« utilité sociale ».

Au sujet de ses actionnaires, dont Xavier Niel, copropriétaire du Monde et actionnaire de Médiapart, elle se défend de toute influence extérieure : « Xavier Niel est notre témoin de mariage avec Médiapart ! Mais cela n’est pas le signe d’un quelconque rapprochement entre les deux. » Et d’ajouter que « Médiapart a besoin de Causeur comme nous avons besoin de Médiapart. Il faut qu’il y ait des contre-pouvoirs, des gens qui posent des questions, qui critiquent, et il faut un peu de bagarre civilisée. »

Enfin, la publiciste a rendu hommage à Edwy Plenel suite à l’affaire Cahuzac. « Je tire un coup de chapeau à Edwy Plenel car il a eu le culot de faire un journal en ligne sur un modèle payant. Nous n’avons pas eu ce culot car nous nous serions probablement plantés en raison du manque de notoriété. Je trouve cela juste que les gens payent pour accéder à l’information », a-t-elle estimé.

Crédit photo : Le Figaro / le.buzz.media

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook