A la une
Capturé par les rebelles syriens, un photographe raconte

Capturé par les rebelles syriens, un photographe raconte

Télécharger en PDF

Le photographe indépendant américain Matthew Schrier, qui s’est rendu en Syrie et a été capturé par les rebelles islamistes, a raconté son calvaire dans les médias la semaine dernière.

Matthew Schrier a été enlevé le 31 décembre 2012 par le groupe Front al-Nosra, proche d’Al-Qaïda. Tout d’abord très polis et courtois avec lui, allant même jusqu’à lui proposer du thé, les rebelles ont ensuite brusquement changé de comportement. Enfermé dans une prison où il pouvait entendre les autres détenus crier sous les coups, le photographe s’est rapidement vu demander ses codes de carte de crédit et celui de sa boîte mail. Ses ravisseurs vont s’en servir pour passer des commandes sur internet (ordinateurs portables, tablettes, pièces détachées de Mercedes Benz…) et envoyer des courriels rassurants à sa mère.

Fin janvier, il est transféré dans une autre prison et tombe sur un autre américain « qui semblait être là depuis cent ans ». Après la découverte d’un trou dans les cellules des deux hommes, les ravisseurs vont sévir : 115 coups sur la plante des pieds avec un câble épais. S’en suivra une série d’interrogatoires et de torture pour savoir s’il est de la CIA. Épuisé, Matthew Schrier finira par l’avouer pour que les coups s’arrêtent.

Converti de force à l’islam, ses conditions vont alors s’améliorer. Le 29 janvier, il parvient à s’échapper à travers une petite lucarne. Son camarade, trop corpulent, a du rester sur place. « C’est la chose la plus dure que j’ai eue à faire. (…) C’est dur de passer à autre chose parce qu’il est toujours là-bas », a-t-il confié à CNN.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook