Canal+ : un reportage militant fait polémique

Unef

Canal+ : un reportage militant fait polémique

Télécharger en PDF

Le Supplément de Canal+ et son journaliste Félix Briaud font polémique après un reportage militant sur les violences étudiantes.

Ce dimanche 3 novembre, le magazine « Le Supplément » diffusait un reportage du journaliste Félix Briaud sur la « montée de la violence d’extrême droite » dans les universités. Dans ce reportage étaient relatées deux agressions sur des jeunes militantes de l’UNEF, une organisation syndicale proche du Parti Socialiste, par des « militants d »extrême droite » non identifiés.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Coup de théâtre ce matin, puisque l’on apprend que l’une des deux jeunes filles a reconnu avoir menti sur son agression afin de « donner plus d’ampleur à la première affaire ». La militante avait déclaré avoir été victime de menaces et d’insultes racistes («On va te violer, sale Arabe. On sait où t’habites, sale gauchiste»), après avoir été bousculée le 21 octobre dernier dans le quartier de la Bastille. Elle a été placée en garde à vue et sera convoquée prochainement en justice pour « dénonciation de délit imaginaire ».

Dans ce même reportage, l’équipe du Supplément se met en scène pour donner la parole au président de l’UNEF de l’Université Paris I, Emilien Martin, afin qu’il se défende à propos d’une vidéo diffusée sur internet, qui le montre en train de brandir… un pied de biche. Le jeune syndicaliste explique alors que le document est détourné et exploité par la blogosphère d’extrême droite, notamment dans les commentaires du site Fdesouche.com.

Puis c’est à Nantes que « Le Supplément » retrouve ensuite des militants « antifascistes », qui déclarent avoir chassé et intimidé des militants d’extrême droite distribuant une revue appelant à « tuer les gauchistes ».

Face à la polémique, Félix Briaud se défendait d’avoir failli sur Twitter ce midi :

Il est également interpellé par Samuel Lafont, proche du syndicat étudiant de droite UNI, à propos de l’angle partisan du reportage :

Contacté par l’Ojim, Samuel Lafont explique en effet avoir envoyé un email mardi 29 octobre avec de nombreuses preuves de la violence des syndicalistes de gauche dans les universités, suite à une demande du journaliste du Supplément. Un email que Félix Briaud n’a visiblement pas pris le temps de lire.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook