Attentat de Nice : Les médias entre indécence et propagande
Brice Couturier fustige le « Parti des médias »

Brice Couturier fustige le « Parti des médias »

Télécharger en PDF

Dans un long entretien au FigaroVox, l’ancien chroniqueur de la matinale de France Culture (et ancien tôlier de la station) est revenu sur ses expériences mais aussi sur l’état actuel de la profession de journaliste.

Et autant dire que celui qui est entré à France Culture en 2002 n’a pas gardé sa langue dans sa poche. Certes ce dernier jouissait d’une certaine liberté de ton à l’antenne, mais il fallait alors ensuite que l’invité ait le dernier mot. « J’apparaissais ainsi comme un trublion qu’on sort de sa boîte, afin de provoquer un peu, mais qu’on s’empresse de faire taire lorsqu’il a joué son rôle afin que tout rentre dans l’ordre », a-t-il commenté.

Concernant ce qu’il nomme, à la suite de Marcel Gauchet, le « Parti des médias », il le juge « aveuglé par ses bons sentiments, préfère nous abreuver de petites nouvelles insignifiantes, d’une part, de ses grandes indignations » alors même que « l’islamisme politique » est « entré en phase de conquête du monde ». Aussi, « chaque fois que le discours lénifiant sur le « vivre-ensemble » est contredit par des faits, (les médias) font l’objet d’un remontage. Combien d’attentats islamistes ont été requalifiés en « actes commis par un déséquilibré »? », interroge-t-il.

Se revendiquant de Raymond Aron, un homme qui « savait discerner, en historien, les tendances profondes, celles qui allaient modifier les rapports de force, redessiner la carte, décider du mouvement de l’histoire », Brice Couturier fustige ses confrères qui « passent leur temps à guetter le fil de l’AFP » et à traiter l’information sans aucun recul ni aucune profondeur. Une manière de travailler, très répandue aujourd’hui dans les grands médias en quête d’audience sur le web, qui ne contribue qu’à « figer le débat ».

Enfin, le chroniqueur déplore les tentatives de diversion effectuées par les médias, comme lorsque l’on braque tous les projecteurs sur « Nuit Debout », un mouvement de « bobos » qui n’a finalement débouché sur rien. Cela s’explique, selon lui, par le fait que le Parti des médias « rêve de l’arrivée au pouvoir d’une « vraie gauche de gauche » ». Ou comment les utopies personnelles et l’idéologie l’emportent sur la réalité.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook