Vanessa Descouraux
Bobards 2017, Yann Barthès et Guillaume Auda, un bon cru

Bobards 2017, Yann Barthès et Guillaume Auda, un bon cru

Télécharger en PDF

La huitième édition des Bobards d’or une cérémonie parodique où la Fondation Polemia remet chaque année des récompenses aux « meilleurs menteurs » s’est tenue à Paris le 6 février 2017.

Une vidéo retraçait – entre autres – un florilège des « animateurs » et « humoristes » de France Inter. Un condensé où mépris de la France d’en bas (la sous-France de Guily) , grossièreté et entre soi confit dans le doux cocon du service public (merci la redevance) voisinaient avec le délicat sentiment de l’impunité de celui (ou celle) qui est du côté du manche. Forts avec les faibles, faibles avec les forts, de quoi réussir à France Inter.

Si des bobards estimables comme celui sur « la théorie du genre qui n’existe pas » ont rencontré un certain succès, c’est un récidiviste Yan Barthes encore dans ses œuvres à Canal Plus qui a reçu avec son complice Hugo Clément le Bobard suprême pour une série de reportages bisounours sur le « vivre ensemble à Moleenbek. »

Mais Guillaume Auda sur i>Télé n’a pas démérité pour ses tweets sur la campagne de Trump où il voyait – entre autres – des partisans du KKK tout vêtus de blanc venus soutenir le candidat républicain alors qu’il s’agissait d’afro-américains déguisés venus protester contre Trump. Il est vrai que le pauvre Auda n’a fait que suivre la plupart de ses confrères américains comme européens…

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook