Big brother is watching you ?

Transparency Report

Big brother is watching you ?

Télécharger en PDF

Dans un communiqué officiel, paru le 13 novembre dernier, Google publie les chiffres de son dernier rapport de transparence (Transparency Report). Il ressort de ces chiffres une tendance claire : « la surveillance des gouvernements est en hausse ».

On apprend ainsi que de janvier à juin 2012, Google a reçu 20 938 demandes d’informations et de données de la part d’organismes gouvernementaux et de tribunaux, au sujet de 34 614 comptes d’utilisateurs. Une hausse de 14,7 % par rapport au deuxième semestre 2011 et de 67% par rapport à la période juillet-décembre 2009, date à laquelle Google a commencé à publier ces chiffres.

En ce qui concerne la France, 1546 demandes ont été reçues, au sujet de 1880 comptes. Une augmentation de 10% par rapport au deuxième semestre 2011 et de presque 83% par rapport à 2009. 45% de ces demandes d’informations ont obtenu une réponse favorable « intégralement ou en partie ».

Ces chiffres placent la France au quatrième pays dans lequel ces requêtes ont été les plus nombreuses, derrière les Etats-Unis, l’Inde et le Brésil.

Pour le même premier semestre 2012, Google a reçu 1 791 demandes de tribunaux, de la police ou d’organismes officiels. Seules un peu plus de la moitié (52%) ont été déclarées recevables. Pour la France, 72 demandes de ce type ont été enregistrées, soit une augmentation de 132%, par rapport à la période précédente.

Un exemple français est d’ailleurs mis en avant dans le rapport de l’entreprise. Google a « reçu une demande des représentants légaux d’une ancienne personnalité politique exigeant le retrait d’un post de blog qui aurait exposé ses relations avec le lobby pharmaceutique, et serait par conséquent diffamatoire ». La demande n’a pas été acceptée.

Dorothy Chou, auteur du communiqué et responsable des analyses chez Google, conclue : « les informations que nous présentons ne sont qu’un simple élément qui montre comment les gouvernements agissent sur internet ». Elle se réjouit enfin que d’autres sociétés comme Twitter ou LinkedIn publient également ce genre de chiffres.

Détail intéressant, parmi les mots clefs relatifs à ce communiqué, on trouve les termes « free expression ».

Source : Google transparency report

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook