Bernard Tapie patron de presse : premiers pas

Bernard Tapie patron de presse : premiers pas

Bernard Tapie patron de presse : premiers pas

Télécharger en PDF

Bernard Tapie a fait, le 12 mars dernier, ses premiers pas comme nouveau patron des journaux du groupe Hersant, en rencontrant les salariés de Nice matin.

« Les attentes étaient nombreuses. Elles ont été déçues », commente Le Figaro. En effet, « il n’a donné aucune indication sur son projet ou sur ses intentions au niveau des effectifs », raconte un journaliste du quotidien. Pas d’annonce pour le moment. Il faudra donc attendre quinze jours, et une nouvelle rencontre avec les salariés, pour que le nouvel homme de presse précise son « plan de développement », une fois connu les résultats de l’audit de Patrick Le Lay. On note cependant que des « ajustements » sont à prévoir, sans « remise en cause générale », du moins pour le quotidien niçois. Cherchant à rassurer la rédaction, Bernard Tapie a précisé, dans un entretien dans les colonnes mêmes de Nice matin : « je n’interviendrai jamais sur l’éditorial ».

A Marseille, l’arrivée de l’ancien patron de l’OM a été un peu différente, si l’on en croit Renaud Revel. « Devant ses employés, l’homme d’affaires esquisse des pistes pour l’avenir de l’entreprise. Notamment celle du multimédia », annonçant également l’arrivée de son fils Laurent Tapie, dans le groupe.

On savait que Bernard Tapie voulait diversifier les activités du journal. Il a précisé son intention devant les salariés de La Provence, évoquant plusieurs pistes, dont le rachat de crédit et les écoles de formation, « l’une de ses idées phare de la fin des années 1980 ». Du côté de la rédaction, les réactions semblent assez mitigées. Le directeur, Philippe Minard, a d’ailleurs annoncé qu’il démissionnait.

Source : Nice matin / Le Figaro / L’Express

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook