Avenir de la presse papier : les doutes de Juan Luis Cebrian

Avenir de la presse papier : les doutes de Juan Luis Cebrian

Avenir de la presse papier : les doutes de Juan Luis Cebrian

Télécharger en PDF

Juan Luis Cebrian, le PDG du groupe Prisa, qui détient le journal espagnol El Pais, a évoqué dans un entretien aux Échos la situation de la presse papier.

« Je ne sais pas s’il y aura toujours des journaux papier, peut-être pas dans chaque ville et chaque jour – aux États-Unis, le papier a de plus en plus tendance à être réservé aux suppléments du week-end », a-t-il avancé avant de spéculer sur l’avenir : « Plutôt que des journaux papier, on aura demain des plates-formes d’information diffusant sur tout type de terminaux. Ce qui supposera pour les équipes une organisation totalement différente. Ce qui mettra aussi en concurrence tous les médias entre eux : le site Web d’une radio comme la BBC est en effet en compétition directe avec celui d’un journal comme le « Guardian », alors que ces deux médias, jusqu’alors, n’étaient pas rivaux. »

Du côté du Huffington Post espagnol, Juan Luis Cebrian confie qu’il a atteint la barre des « 2 et 3 millions de visiteurs uniques » par mois et qu’« il ne devrait pas perdre d’argent cette année ». Enfin, concernant sa participation au journal Le Monde, il s’en est dit « très satisfait » malgré la période difficile.

Voir aussi : Les jeunes et l’évidence du support papier

Crédit photo : capture d’écran vidéo tvbrazil via Youtube (DR)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook