Au secours : Tapie est là !

Bernard Tapie, GHM, La Provence, Nice Matin, Var Matin, PQR

Au secours : Tapie est là !

Télécharger en PDF

Marseille tremble ! L’arrivée de l’homme d’affaire aux commandes de Nice-Matin, Var-Matin, Corse Matin et surtout La Provence, ne semble pas plaire à tout le monde…

Ainsi, Libération du 20 décembre titre « Bernard Tapie : main basse sur la presse », avec en « une », la photo du nouveau patron de presse, l’œil sombre, sur fond noir. Dans son éditorial, Eric Decouty dénonce une « papinade », en souvenir des prouesses footballistiques de Jean-Pierre Papin, ancien joueur de l’Olympique de Marseille, de l’époque Tapie : « acheter un journal, pour conquérir la ville promise… Mais, passé le choc en imaginant Bernard Tapie en patron de presse – quand on se souvient qu’il pouvait boxer un journaliste coupable d’avoir écrit un papier déplaisant -, apparaît l’image du politicien du siècle dernier, traînant toujours son chapelet de casseroles et usant de méthodes d’un autre temps ». Le quotidien consacre trois pages à l’évènement, rappelant que « les relations entre le businessman et la presse marseillaise ont toujours été tendues ».

Plus mesuré, Serge Mercier, élu au comité d’entreprise de La Provence, se plaint dans L’Express. « Il y a de grandes interrogations et beaucoup d’inquiétudes chez les journalistes. Quels sont les réels projets pour notre groupe de Tapie et Hersant ? Quelles sont les intentions politiques de Bernard Tapie ? »

Le syndicat national des journalistes (SNJ-CGT) a, quant à lui, publié un communiqué, dénonçant « un scandale absolu » : « les journalistes ont toutes les raisons d’être inquiets de cette association, dont l’un des dirigeants a quand même connu la prison et n’est pas à l’abri de nouveaux démêlés avec la justice ». Et le syndicat de sonner les trompettes de l’insurrection : « l’information est en danger » !

Côté politique, on ne rigole pas plus que chez les journalistes. « On n’a pas besoin de Bernard Tapie », clame haut et fort Patrick Menucci, prétendant socialiste déclaré à la mairie de Marseille, se posant, sur France Info, lui aussi, en défenseur du quotidien provençal. « On connaît les pratiques de Bernard Tapie. On peut s’inquiéter aujourd’hui, quand on est marseillais ». Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, interrogé par le site d’information local Marsactu, s’est quant à lui réjoui de voir un Français reprendre les titres, « plutôt qu’un émir du Qatar ou un Belge même si c’est à la mode », ajoutant tout de même « qu’en politique, quand on dit  » jamais », ça veut dire « pas pour l’instant » ». En d’autres termes, chacun en est sûr : Bernard Tapie n’a pas renoncé à se présenter aux prochaines municipales à Marseille.

Ce dernier l’a cependant démenti devant la rédaction de La Provence : « il faut être con pour croire que parce que tu as tel journal, tu peux te présenter à la mairie et la gagner ». Durant cette rencontre avec les employés du journal, Bernard Tapie a également annoncé l’instauration d’une « charte d’attitude » pour les journalistes, les invitant à travailler sur les « faits, rien que les faits », souhaitant enfin que « l’identité du journal soit forte ».

Il y a quelques années, l’homme d’affaire répétait souvent : « A quoi ça sert d’acheter un journal, quand on peut acheter un journaliste ? » Visiblement, aujourd’hui, acheter un journal est beaucoup plus simple.

Source : Libération. Crédit photo : capture d’écran vidéo Europe1

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook