Al Jazeera censure puis republie un article sur Israël

Al Jazeera censure puis republie un article sur Israël

Al Jazeera censure puis republie un article sur Israël

Télécharger en PDF

Certains jugent Al Jazeera complaisante à l’égard d’Israël, d’autres l’estiment au contraire très critique envers ce dernier. Au final, la chaîne qatarie a du mal à se positionner clairement.

L’illustration a été faite tout récemment. Un article rédigé par un professeur d’origine palestinienne, associé à l’université américaine de Columbia, Joseph Massad, a été censuré puis republié trois jours plus tard accompagné de minces explications. Ce dernier arguait qu’Israël avait besoin de l’antisémitisme pour se légitimer et se positionnait contre le régime sioniste.

Sa publication a entrainé un flot de protestations parmi les défenseurs de l’État hébreux ; son retrait a enflammé les antisionistes, criant à la censure. Finalement, sa remise en ligne a été publiée avec un commentaire, précisant seulement que le papier « [avait] suscité de nombreuses questions ».

Et celui-ci d’ajouter : « Nous aurions du mieux gérer cette affaire, et nous en avons tiré les leçons qui nous permettront de maintenir le plus haut niveau d’intégrité journalistique […] Al Jazeera ne se soumet pas aux pressions, quelles que soient les circonstances, et notre histoire est pleine d’exemples de circonstances où, confrontés à des choix difficiles, nous n’avons pas cédé. C’est le secret de notre réussite. »

Un blog, Electronic Intifada, s’est interrogé sur ce comportement : « La volte-face fait suite à des critiques croissantes à l’intérieur comme à l’extérieur d’Al Jazeera à propos du retrait de l’article, et des craintes que cela suscite quant à l’indépendance éditoriale et la liberté d’expression alors que la chaîne qatarie s’apprête à lancer sa chaîne aux États-Unis. »

Enfin, comme le conclut Pierre Haski sur Rue89, « dans cette affaire, Al Jazeera a réussi à irriter tout le monde, pro et anti-Israël, aussi bien que ses propres journalistes inquiets de voir un article retiré sans un mot, et remis sans explications claires, et bien sûr l’auteur de l’article, un Palestinien né en Jordanie qui enseigne la pensée arabe à Columbia. »

Dessin : © Milady de Winter pour l’Ojim

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook