Affaire Méric : Vallaud-Belkacem fait la leçon aux médias

Mort de Clément Méric : Vallaud-Belkacem fait la leçon aux médias

Affaire Méric : Vallaud-Belkacem fait la leçon aux médias

Télécharger en PDF

Sur i>Télé, Najat Vallaud-Belkacem a estimé, suite à la mort du jeune militant d’extrême-gauche Clément Méric, que politiques et médias se partageaient la responsabilité de la prolifération des discours « d’extrême-droite ».

Faut-il interdire les groupuscules de cette mouvance ? « Oui, dès lors qu’il est avéré qu’ils ont porté un message de violence et de haine, appelé à ce type d’abomination », a-t-elle jugé, estimant que « la simple dissolution ne [pouvait] suffire à régler le problème ».

« La question qu’on doit se poser collectivement -cela vaut pour les responsables politiques comme pour les médias- c’est notre part de responsabilité dans la façon dont ce type de discours de haine – et donc de passage à l’acte derrière de la part d’un certain nombre d’esprits influençables- prospère dans notre société », a poursuivit la porte parole du gouvernement.

Pour celle-ci, d’un côté, les responsables politiques doivent « condamner et dénoncer chaque fois qu’il y a une dérive, un dérapage même simplement langagier ». De l’autre, les médias doivent « veiller à ne pas donner plus d’audience que de raison à des groupuscules qui en profitent pour faire passer des idées insupportables pour la démocratie ».

Concernant l’entretien télévisé avec Serge Ayoub, le chef des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires, Mme. Vallaud-Belkacem a jugé « extrêmement dangereux de donner à ce monsieur la possibilité de faire passer des idées auprès de jeunes qui peuvent les prendre pour argent comptant ». Et cette dernière de conclure : « Quant on est responsable d’un média, il faut se poser la question de sa part de responsabilité. »

Sources : najat-vallaud-belkacem.com / 20 minutes. Crédit photo : Florent Pessaud via Wikimedia (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook