Hollande / Léonarda : excès de flux
Abdelhakim Dekhar : Libération louait les « méthodes des antifa » trois jours avant l’attentat

Abdelhakim Dekhar : Libération louait les « méthodes des antifa » trois jours avant l’attentat

Télécharger en PDF

Militant au « Mouvement d’Action et de Résistance Sociale » (MARS) et d’une « Section Carrément Anti-Le Pen » (SCALP), adhérent de la « Coordination des sans-abris », du « Collectif d’agitation pour un revenu garanti optimal » (CARGO) et des « Travailleurs, chômeurs et Précaires en colère » (TCP), Abdelhakim Dekhar, le « tireur fou » qui a grièvement blessé un photographe dans le hall du journal Libération le 18 novembre dernier, est un pur produit du militantisme marxiste libertaire antifasciste.

Le danger fasciste régulièrement agité par des journalistes semeurs de haine et des politiciens désireux de détourner l’attention sur l’état du pays, Dekhar l’a pris très au sérieux, lui qui a laissé une lettre dans laquelle il déclare lutter contre le retour du fascisme en France. Pourquoi ne pas pointer les responsabilités morales ?

Lors de l’Affaire Méric, Manuel Valls ne s’était pas gêné pour dénoncer « la culture méthodiquement inculquée et entretenue par des groupes d’extrême droite ». Ayrault voulait, lui, « tailler en pièces » ces mêmes groupuscules et quand Jean-François Copé demandait la dissolution des groupuscules violents des deux camps, le ministre de l’Intérieur répondait : « ce n’est pas le moment de faire des amalgames. Ce sont des groupes d’extrême-droite qui depuis des mois portent des discours de haine. Il ne faut pas confondre ce discours avec ceux qui d’une manière ou d’une autre luttent contre le fascisme ». « Il ne faut pas tirer de ligne trop évidente entre les droites mais il est sûr que la libération de la parole publique, notamment chez les dirigeants politique, ça n’est jamais sans conséquence », notait de son côté l’adjointe au maire de Paris Colombe Brossel.

Quand la violence politique provient de l’extrême-droite, la responsabilité en incombe aux « discours de haine », aux unes de Minute et au Front National. Quand elle sort des rangs de l’extrême-gauche, la responsabilité… n’en incombe plus à personne. Pourquoi un tel deux poids/deux mesures ?

A l’occasion du scandale occasionné par la une de Minute, Pierre Marcelle écrivait dans Libération le 15 novembre dernier : « Pour combattre la barbarie, on préfèrera décidément les méthodes des antifas, fussent-ils extrémistes, que la saisine, vraisemblablement vaine et contre-productive, du parquet, par Matignon ». Le chroniqueur d’extrême-gauche incitait ainsi clairement à des actes de violences contre l’hebdomadaire satirique. Mais c’est contre son propre journal que ces « méthodes antifa » qu’il appelait de ses vœux se sont retournées trois jours plus tard. A trop manipuler de la dynamite…

Crédit photo : DR

Un homme armé prend d’assaut Libération

Cliquez pour télécharger notre infographie de Libération

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook