À Libération, on réclame une séparation des pouvoirs

À Libération, on réclame une séparation des pouvoirs

À Libération, on réclame une séparation des pouvoirs

Télécharger en PDF

Les journalistes de Libération ont profité du départ de Vincent Giret, directeur de la rédaction, pour réclamer une séparation des pouvoirs.

En effet, depuis 2007 et l’ère Joffrin, le patron de Libération porte deux casquettes : celle de directeur de la publication et celle de directeur de la rédaction. C’est le cas de Nicolas Demorand, déjà contesté au sein du journal – une motion de défiance avait été adoptée, à 78 %, lui reprochant de ne pas être véritablement intégré à la rédaction.

Ainsi, la Société civile des personnels de Libération (SCPL) a voté mardi 19 mars pour demander la mise en conformité des statuts au sein du journal. Sur 191 votants (65,17 %), 180 ont voté « pour », soit 94,24 %.

« L’erreur de la SCPL est de ne pas avoir manifesté plus rapidement et plus fermement son refus de voir cette situation s’installer », a estimé un délégué du personnel. Le Nouvel Obs précise que, dans les faits, Demorand n’a guère le temps d’assumer sa fonction de rédacteur en chef, et la délègue ainsi à un directeur délégué. Mais Vincent Giret, qui avait succédé à Didier Pourquery, vient de rejoindre Le Monde. L’occasion pour la rédaction de Libé de réclamer un retour à la normale.

Mais Nicolas Demorand a refusé, se contentant de nommer Fabrice Rousselot comme nouveau délégué à la rédaction. « Il ne s’agit pas d’une motion de défiance. Ce n’est pas contre lui. C’est une question de respect des principes et de bon fonctionnement du journal », a rappelé un journaliste anonyme, avant de préciser que Demorand avait « tout à gagner en acceptant un vote : le choix de Rousselot a peu de risque d’être rejeté et c’est son candidat. Alors ? »

« Il s’occupe d’autres choses à côté. Il doit gérer les relations avec l’actionnaire, il doit chercher du pognon, faire un boulot de représentation du journal à l’extérieur mais il n’est pas directeur de la rédaction », estime-t-on à la rédaction du quotidien. Mais pour l’instant, Demorand fait la sourde oreille, jugeant avoir besoin de tous les leviers en cette période de crise de la presse.

Crédit photo : Matthieu Riegler via Wikimedia (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook