Portrait : Éric Zemmour
Les ventes de Libération s’écroulent

À Libération, le plan de réduction des salaires passe mal

Télécharger en PDF

La situation est toujours aussi tendue en interne à Libération. Alors que le journal essuie baisse sur baisse des ventes et a enregistré une perte de 1,5 millions d’euros en 2013, les représentants des salariés discutent autour du plan d’économie proposé par la direction.

Celui-ci table sur 4 millions d’économies par an, dont la moitié sur la masse salariale, qui représente 20 millions d’euros. Pour ce faire, les actionnaires, qui refusent de financer un plan de départs volontaires, ont proposé une baisse des salaires de 10 %, modulable en fonction du niveau de rémunération, et qui serait compensée : soit par des baisses de temps de travail plus importantes (20 % pour 10 % de baisse salariale) soit par une prime qui sera délivrée dans deux ans si la situation est meilleure.

Lundi matin, les représentants des salariés se sont réunis en comité d’entreprise « dans une ambiance cordiale et calme » mais ne se sont pas prononcés sur ces mesures. « Le plan proposé n’est pas assez motivé. Les éléments qui nous ont été communiqués ne nous permettent pas d’avoir une photographie exacte de la situation de l’entreprise, de son nombre précis de salariés, de sa stratégie éditoriale… », a expliqué au Figaro Hervé Marchon, délégué syndical SNJ. Il ajoute : « C’est un plan injuste et insuffisant. Il porte essentiellement sur l’effort des salariés et ne comprend pas de volet de développement, lequel passe nécessairement par une recapitalisation. »

Mais les actionnaires ne souhaitent plus investir… Un nouveau comité d’entreprise doit se tenir à la fin du mois pour tenter de débloquer la situation. « Nous discuterons alors plus précisément du plan et nous rendrons un avis », conclut Hervé Marchon.

Voir également notre infographie de Libération ainsi que notre dossier : 40 ans de Libération, des maos aux bobos.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook