Vanessa Descouraux
8 médias français s'allient à Facebook contre les « fausses informations »

8 médias français s’allient à Facebook contre les « fausses informations »

Télécharger en PDF

Pour lutter contre les « fausses informations » véhiculées sur les réseaux sociaux, huit médias français ont choisi de s’allier à Facebook pour réduire ce phénomène.

Traumatisés par la victoire de Donald Trump et l’influence présumée des rumeurs sur cette élection, Facebook et les grands médias souhaitent réagir. Lundi 6 février, le réseau social a ainsi annoncé sa collaboration avec 8 médias français : Le Monde, l’AFP, France Télévisions, BFMTV, France Médias Monde, L’Express, Libération et 20 Minutes.

Le but : mettre en place un système similaire à celui déjà lancé aux États-Unis, avec ABC News, AP, FactChack, Politifact et Snope, permettant aux utilisateurs de signaler des informations jugées « fausses ». Une fois signalés, les liens sont remontés jusqu’à un portail et « vérifiés » par les médias partenaires, qui disposent d’un accès.

« Si deux médias partenaires établissent que le contenu signalé est faux et proposent un lien qui en atteste, alors ce contenu apparaîtra aux utilisateurs avec un drapeau mentionnant que deux « fact-checkers » remettent en cause la véracité de cette information. Quand un utilisateur voudra partager ce contenu, une fenêtre s’ouvrira pour l’alerter », précise Le Monde.

L’alliance des riches

De plus, une fois l’information cataloguée en tant que fausse, Facebook sera en mesure de réduire son audience… Une belle manière de contrer la progression des médias alternatifs qui inquiètent de plus en plus les médias traditionnels, qui sont eux en net déclin. Aussi, la question à se poser est la suivante : les médias traditionnels seront-ils concernés par cette chasse aux « fausses informations » ?

Quoi qu’il en soit, après la France, Facebook envisage de déployer ce dispositif en Allemagne et dans d’autres pays. En attendant, d’autres initiatives du même genre ont émergé, alors que l’élection présidentielle approche. Ainsi, Le Monde vient récemment de lancer un nouvel outil, le Décodex, visant à répertorier les sites web en leur accolant des « labels » de confiance quant à la fiabilité de l’information…

Voir notre dossier sur le sujet

Decodex : Le Monde financé par Google, l’effet boomerang

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook