A la une
40 ans de Libération : des maos aux bobos

40 ans de Libération : des maos aux bobos

Télécharger en PDF

L’histoire de Libération est avant tout l’histoire d’une génération. Alors que le quotidien emblématique d’une certaine intelligentsia de gauche parisienne fête ses quarante ans, c’est l’occasion pour l’OJIM de revenir sur son histoire, laquelle résume à elle seule la formation, les mutations, le rayonnement et le déclin de toute une génération et son idéologie dominante.

40 ans de Libération : des maos aux bobosLe journal fut fondé le 4 janvier 1973 dans le baptême d’une conférence de presse avec Sartre pour parrain, au cours de laquelle Jean-Claude Vernier, Serge July et Philippe Gavi annonçaient leur volonté de créer un nouveau type de presse émancipé de la pression des banques et de la publicité, d’offrir au peuple un journal qui ne le méprise pas mais libère sa parole. Quarante ans plus tard, Libé, contrôlé par Édouard de Rothschild, homme d’affaires héritier du célèbre banquier, est devenu précisément le symbole d’une doxa essentiellement partagée par les élites médiatico-politiques, combat la « libération de la parole » et craint plus que tout le déchaînement des bas instincts du peuple. Comment un tel renversement a-t-il pu se produire ? C’est qu’à l’analyse, l’histoire de Libération traduit, plutôt qu’un quelconque mouvement d’émancipation du peuple, celui de l’avènement d’une nouvelle classe dirigeante et de son idéologie, celle de babyboomers galvanisés par mai 68 qui allaient prendre le pouvoir dans de nombreux secteurs clés de la société française et l’exercer presque sans partage à partir des années 80. L’histoire de Libé, c’est donc avant tout celle d’une génération, aujourd’hui épuisée, déclinante, menacée, qui avait succédé à celle forgée par la Résistance et le mythe gaullien. Tout commence toujours par un mythe : celui qui amorcera l’ascension de Libé et des babyboomers, c’est mai 68, et c’est d’ici qu’il faut partir pour raconter leur histoire.

Dans le feu d’une révolution manquée

Si mai 68 nous paraît a posteriori une révolution accomplie, une rupture décisive après quoi s’est imposée une nouvelle morale, une nouvelle élite et un nouveau rapport au monde, il faut néanmoins garder à l’esprit que tel ne fut pas le sentiment des protagonistes de cette « révolution » après que les événements se furent produits. Et c’est bien compréhensible : les émeutes étudiantes de mai sont suivies, le 30 mai, par une manifestation monstre d’un million de personnes en soutien au Général, et par la victoire éclatante de ce dernier aux élections législatives du 23 et 30 juin. Les étudiants trotskystes et maos, qui désiraient la révolution au sens de celle d’octobre 17 en Russie, ne laissent après leur action qu’un pouvoir renforcé dans sa légitimité et sont renvoyés à leurs chères études, comme si venait simplement de sonner la fin de la récréation. Si les idées de mai 68 vont bel et bien finir par triompher, ce sera donc par un biais indirect. La révolution aura lieu, mais sous la forme d’une revanche sur cette révolution manquée. D’une certaine manière, le cas de figure est presque à l’opposé de celui qu’on put observer avec la Révolution française, où une révolution politique radicale acheva la longue diffusion des idées des Lumières. A l’inverse, c’est à partir de l’échec d’une révolution politique que vont se diffuser les idées de 68 et que celles-ci vont bouleverser la société française sous l’égide, notamment, d’un quotidien mythique : Libération.

La Gauche prolétarienne

Dans l’émission de France Culture, « Concordances des temps », datant du 25 novembre 2006, Jean-Claude Vernier, l’un des fondateurs de Libé, et Laurent Martin, spécialiste de l’histoire des médias, nous offrent un éclairage passionnant sur la naissance du quotidien. Celle-ci a donc lieu, comme nous le raconte ce dernier, dans « un climat extrêmement tendu, puisque depuis 68, ceux qui ont espéré le Grand Soir et qui ne l’ont pas vu se réaliser, essaient de prolonger cette espèce de tension et de passion révolutionnaire (…). Donc, un certain nombre de gens qui n’ont pas abandonné leur rêve de 68 fondent des journaux, fondent des groupuscules, en particulier le groupe (…) de la Gauche prolétarienne, qui est un de ces groupes gauchistes nés non pas pendant mai 68, mais dans le sillage de mai 68. » Serge July appartient alors à ce groupuscule clandestin (car interdit par le ministre de l’intérieur de l’époque, Raymond Marcellin), où il agit sous pseudonyme, et se trouve donc clairement dans un cadre d’activisme révolutionnaire.

L’affaire de Bruay-en-Artois

Une anecdote que rapporte l’historien nous éclaire sur l’atmosphère qui règne dans ces franges militantes : Serge July, jugé trop mondain par ses camarades, est envoyé à Douai en janvier 71 pour « s’imprégner de la base ». Là, il prend parti avec son groupe dans l’affaire de Bruay-en-Artois : « c’est une affaire finalement assez sordide, une fillette qui est violée et assassinée dans le coron et évidemment les gens de ce groupe maoïste pensent que le coupable est tout désigné, il s’agit d’un notaire… » Serge July écrit alors dans La Cause du peuple, que le notaire, Mr. Leroy, est forcément coupable puisque le soir du meurtre, il mangeait huit cent grammes de viande… Dans un réflexe essentialiste et par une argumentation tautologique aussi simpliste que ceux qui poussaient les intellectuels antisémites à désigner Dreyfus coupable parce que juif, Leroy est coupable parce que bourgeois, et l’instinct épurateur qui en découle est également assez effrayant. Ainsi, se référant à un article du Nouvel Observateur de mars 1981, Jean-Noël Jeanneney, l’animateur de « Concordances de temps », rapporte comment July aurait répliqué à une militante émettant des doutes quant au fait de désigner le notaire à la vindicte populaire : « c’est parce que tu as peur, toi, fille de bourgeois, de voir la tête de ton père au bout d’une pique. ». L’affaire restera en tout cas classée sans suite.

L’APL du 18 juin 1971

Il ne s’agit pas ici, à l’instar des méthodes pratiquées par certains journalistes de gauche, de faire porter à July aujourd’hui les errements radicaux de sa jeunesse, d’autant qu’il voulut rapidement Libération en rupture avec ces pratiques, mais simplement de donner à comprendre l’atmosphère qui présida à la naissance du quotidien. Libération va en effet représenter une mutation, en phases successives, de cet élan révolutionnaire violent des origines. Et la première phase de cette mutation, c’est la création de l’APL, l’Agence de Presse Libération, le 18 juin 1971. La date, bien évidemment, n’est pas anodine, mais exprime clairement la manière dont l’agence se définit en situation de résistance contre le pouvoir. Elle permet également à l’APL de substituer, en quelque sorte, le symbole qu’elle voudrait devenir au symbole qui fonde le prestige du pouvoir gaulliste, l’appel du 18 juin 1940. L’APL commence du reste déjà à agir, moins comme un organe de lutte radicale, que comme un relais entre la marge et les institutions. Laurent Martin, toujours : « Disons que l’APL avait vocation a fournir les informations (…) sur tout le mouvement social qui se déroulait à l’époque non seulement à la presse militante, qui, elle, existait déjà depuis 1968 (…), mais aussi à la presse dite bourgeoise, à la presse traditionnelle, à la presse classique. »

Du deuil de 68 à une nouvelle stratégie de conquête

Or, l’un des événements qui va faire connaître l’APL au grand public est justement celui qui amorce le basculement définitif de la lutte immédiate à la lutte médiatique. En mars 1972, Pierre Overney, militant maoïste de Renault, de l’usine de Flins, est abattu de sang froid par le chef du service d’ordre lors d’une altercation. La direction plaide la légitime défense, mais un jeune lycéen a pu prendre des photos du drame et, via l’APL, celles-ci vont être diffusées dans les grands médias et démentir totalement les allégations de la firme. Coup de maître pour l’agence, donc. Mais d’un autre côté, si les obsèques de Pierre Overney, le 4 mars, sont suivies par deux cent mille personnes, « certains y ont vu les obsèques du mouvement de 68 », explique Jean-Noël Jeanneney. Et Laurent Martin de préciser : « Quelqu’un comme Benny Lévy, Pierre Victor, le chef de la Gauche prolétarienne, sent qu’il y a un danger de basculement dans la révolte violente qui va causer des morts. Donc, il va essayer d’infléchir le mouvement maoïste en particulier vers, disons, d’autres formes d’action, et en particulier le journalisme. » De l’Agence de Presse Libération va naître, l’année suivante, le quotidien du même nom.

Libération : une synthèse sous le patronage de Sartre

Cet « infléchissement », qui doit à la fois, désormais, éviter la révolution violente et atteindre ses objectifs par d’autres moyens, s’affirmera grâce à un amalgame entre l’option qu’incarne Jean-Claude Vernier et celle que représente Philippe Gavi, un ancien d’HEC. La première consisterait à « faire un journal par le peuple, pour le peuple, et dont le contenu serait composé essentiellement des informations que feraient remonter les militants des comités Libération, puisqu’on passe finalement sans transition quasiment des comités mao aux comités Libération » (Laurent Martin). La seconde est de faire un journal professionnel capable de rivaliser avec la presse traditionnelle. Et c’est Serge July qui va accomplir la synthèse, de par sa légitimité de militant maoïste, en ralliant finalement la seconde option. La synthèse a lieu sous le haut patronage de Jean-Paul Sartre qui définit ainsi, face à Jacques Chancel sur France Inter, en 1973, les objectifs du journal : « Nous avons une seule opinion certaine, nous croyons à la démocratie directe et nous voulons que le peuple parle au peuple. » Quand Jacques Chancel fait remarquer au philosophe, qu’en termes de diversité d’opinions, la rédaction de Libération ne compte pas de gens de droite, celui-ci lui rétorque : « Il est évident que les gens de droite n’ont pas dans l’idée de donner la parole au peuple. » Encore une tautologie d’époque qui ne peut aujourd’hui que nous faire sourire, à l’heure où le sociologue Christophe Guilluy montre comment le socle électoral de la gauche est essentiellement constitué des classes aisées des grandes villes profitant de la mondialisation capitaliste… Néanmoins, ce besoin de « démocratie directe » peut sembler parfaitement légitime au début des années 70, alors que l’ORTF s’assimile peu ou prou à un média d’État aux mains du régime gaulliste.

Première version : l’utopie 70’s

Le journal qui naît alors est en parfaite adéquation avec l’esprit de cette jeunesse révélée à l’Histoire en mai 68 : utopiste, manichéenne, éprouvant une certaine fascination pour les totalitarismes de gauche, mais plutôt vertueuse quant à ses principes. Tandis que des étudiants hippies fondent des communautés ou abandonnent leur carrière promise pour aller élever des chèvres en Ardèche, les journalistes de Libé, ne subvenant à leurs besoins que grâce aux contributions de leurs lecteurs (donc très mal), ne pratiquent aucune hiérarchie des salaires et s’organisent eux-mêmes selon un système de démocratie directe. « Serge July lui-même est à la tête vaguement d’une direction qui n’ose pas dire son nom : on l’appelle une « unité de décision » », explique Laurent Martin. Tout cela est également typique d’un certain contexte socio-économique : nous sommes dans la dernière décennie des « trente glorieuses », le culte de la consommation provoque des réactions de rejet bien compréhensibles, et dans le même temps, la prospérité du pays ne permet pas de soulever des masses miséreuses pour faire la révolution. Reste une grande latitude pour expérimenter, sans crainte réelle de l’avenir, des solutions alternatives. La nostalgie des révolutions violentes porte Libé à saluer la victoire des Khmers rouges en avril 75, en plaçant en une : « Phnom Penh : sept jours de fête pour une libération. » Le journal qui se fera porte-flambeau de la lutte prétendument antifasciste, se réjouit donc, à l’époque, de l’avènement d’un régime qui exterminera en quelques années plus de 20% de la population de son pays…

Le social ou les mœurs

Libération est véritablement le lieu où se vit la mutation de la gauche moderne. Aussi, dès les années 70, s’amorce ce mouvement de transition de la lutte sociale à la question des mœurs. Si l’« Affaire Lip », en 1974, permet au journal de réaliser un beau travail sur le terrain et d’accompagner cette aventure assez émouvante d’ouvriers licenciés qui reprennent en main leur propre usine en se lançant dans l’autogestion, une crise s’ensuit pourtant au sein de la rédaction, entre militants purs et durs d’un côté, et tenants du journalisme professionnel de l’autre, menant au remplacement progressif des premiers, du moins les plus intransigeants d’entre eux. Déjà, toutefois, la lutte se déplace sur le terrain des mœurs : le féminisme, l’homosexualité et… la pédophilie (qui a – littéralement – « bonne presse » dans les années 70) deviennent des dossiers importants pour la rédaction. Quitte à créer une rupture avec le lectorat ouvrier, comme en témoigne encore Laurent Martin : « Ils (certains rédacteurs de Libération) se heurtent effectivement à cette autre fraction de la rédaction qui sont les maos et qui, eux, voient d’un assez mauvais œil, finalement, cette émancipation par le corps en particulier, considérant qu’il y a là un danger d’effrayer les masses ouvrières, qui n’ont pas cet affranchissement par rapport aux normes morales… » Affranchissement tel, à l’époque, que les célèbres « petites annonces » de Libé, rédigées dans un langage très cru, peuvent être ouvertement pédophiles, tandis que certains articles sont gaiement titrés : « Câlins enfantins ». En 2010, au sujet d’un documentaire à charge contre l’Église catholique réalisé par Paul Moreira, Ondine Millot titre dans Libé : « Quand l’Église se tait ». On ne peut que convenir qu’au contraire de l’Église, Libé, durant des années, ne s’était pas tu au sujet de la pédophilie, mais en avait claironné la promotion.

La fin du premier Libé

Mais la fin des années 70 va signifier pour Libération, comme pour toute la génération que le journal incarne de manière symptomatique, la fin des utopies. D’abord, cesse la complaisance que le journal entretenait pour le terrorisme (s’il était d’extrême gauche). Après avoir refusé de condamner les actions de la fameuse RAF (Fraction Armée Rouge) de la bande à Baader, Libé finit par titrer en une : « RAF/RFA, la guerre des monstres », le 18 octobre 1977, suite au carnage final des terroristes. Ce changement de cap ne se fera pas sans provoquer l’ire de nombreux lecteurs qui viennent faire le siège du journal. Mais Serge July ne cède pas. Celui-ci, d’ailleurs, dès 1978, devient un invité régulier du Club de la presse, et par là, la figure émergente d’une rédaction censée être composée exclusivement d’égaux. Le mouvement s’accélère et sont rapidement sapés tous les principes fondateurs du premier Libé. Plus de mode autogestionnaire, re-hiérarchisation des salaires et des postes, introduction de la publicité et de capitaux extérieurs… De février à mai 1981, le journal cesse de paraître, se restructure et ressurgit sous une forme tout à fait neuve, du côté de la presse classique et mieux, depuis l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République le 10 mai, du côté du pouvoir.

Seconde version : les années 80, réalisme et paillettes

Les années 80, si elles marquent le début d’une longue récession économique, marquent également l’ascension fulgurante d’une nouvelle gauche dont Libé, rompant avec ses racines maoïstes, se fait le porte-voix : « sociale-démocrate à tendance libertaire. » S’amorce ainsi le remplacement d’un consensus historique par un autre. Celui de l’après-guerre, résultat de l’alliance entre les acteurs de la Libération, le consensus gaullo-communiste, va être progressivement remplacé par l’alliance des enfants de 68, le consensus libéral-libertaire décrit par le philosophe Jean-Claude Michéa. D’un côté, la droite liquide plus ou moins la nation et l’héritage gaulliste pour virer franchement libérale, de l’autre la gauche au pouvoir délaisse la réforme sociale pour s’attaquer à réformer les mœurs, alors que le PC autrefois si puissant débute sa descente dans les vestiges de l’Histoire. D’ouvriériste, la gauche devient médiatique, s’approprie la plupart des postes clés dans ce domaine, avec le soutien du pouvoir mitterrandien qui régnera sur toute la décennie. Libération, dans un contexte aussi favorable, atteindra son pic de diffusion en 1988 en frôlant les 200 000 exemplaires.

L’arme du « tout-culturel »

Si July essuie de nombreuses critiques des anciens soixante-huitards qui lui reprochent de trahir tous les principes sur lesquels s’était fondé le journal, celui-ci se défend avec cet argument que l’on peut aisément qualifier de mauvaise foi : « Ce n’est pas moi qui ait changé, c’est le monde » ! En fait, plus exactement, il justifie l’introduction de la publicité (le 16 février 1982) avec cette phrase : « Non, Libération ne change pas ; c’est la publicité qui a changé. Elle est un art. On ne sait plus très bien où commence la culture et où finit la publicité. Sans elle, Libération eût été incomplet. » (cf. Benjamin Dormann, Ils ont acheté la presse, Jean Picollec, 2012). Voici encore un propos extraordinairement symptomatique qui annonce le « tout-culturel » de Jack Lang. N’importe quelle personne ayant reçu un minimum d’éducation sait faire la différence entre une pub pour du shampoing et une toile de Van Gogh. Pas Libé. Pas la gauche des années 80 qui ne sait plus où s’achève la culture et où commence la réclame, où s’achève la culture et où commence la propagande. Table rase des poussiéreux classiques ou des « humanités », table rase de la déférence pour la grande littérature, la grande musique ou les grands penseurs, du Beau et du Vrai recherchés pour eux-mêmes, vient l’ère du « tout-culturel », c’est-à-dire de la culture comme emballage d’une idéologie ou d’un produit au service du consensus libéral-libertaire. En outre, les années 80 représentent l’âge d’or des pubards et des communicants, et Libé, par sa maquette, son losange rouge, ses célèbres titres à base de calembours et son langage volontiers relâché, affirme un nouveau style d’une redoutable efficacité.

Troisième version : les années 90, triomphe et déclin

Cependant, le deuxième septennat de Mitterrand va s’accompagner d’une perte de vitesse significative puis d’un renversement de la courbe des ventes de Libération. Cherchant des alternatives, une nouvelle formule, Libération 3, est lancée en 1994 mais se révèle un échec qui enfonce encore davantage le journal et l’oblige à faire appel à Claude Maggiori et à confier 60% de son capital au groupe Chargeurs. Ainsi, comme l’écrit Jean Stern, entre 1982 et 1996, Libération perd toute son indépendance. Néanmoins, Libé a-t-il encore besoin d’une quelconque indépendance ? Pour s’opposer fondamentalement à quoi ? La croisade des années 80 est achevée, ses idées règnent dans la plupart des postes de pouvoir, le consensus libéral-libertaire est pleinement installé. Au moment où les idées de Libé s’institutionnalisent de manière implicite sous la forme d’une Pensée Unique qui irradie presque tous les cercles du pouvoir, le lectorat de Libé décline, sans doute parce qu’il s’agit également du moment où le peuple commence de divorcer des élites, le magistère du journal dans la France « d’en haut » s’accompagnant d’un désaveu progressif de la France « d’en bas ». Les militants maos sont devenus des journalistes « in », et ceux-ci sont désormais des notables des médias qui n’assument pas leur statut, perdent le peuple, et s’apprêtent à vieillir en bobos.

Les années 2000 : fusion et crispation

Entre 2001 et 2005, la diffusion de Libération encaisse un recul de 20%. Le déclin s’accélère, rompu seulement par les unes anti-Le Pen durant la campagne présidentielle de 2002. Le lendemain du premier tour, la fameuse photo du visage de leader frontiste marqué d’un « NON » en lettres capitales, fait diffuser le journal à 700 000 exemplaires (300% d’augmentation). Symbole éloquent, encore une fois, la génération qui a pris le pouvoir culturel et trahi les idéaux initiaux de la gauche ne trouve plus d’autre justification que dans l’antifascisme pavlovien, folklorique et parodique pour conserver ses prébendes. Autre symbole éloquent, Serge July fait appel à Édouard de Rothschild en 2005 pour éviter la faillite de son journal. L’année suivante, le 30 juin, Serge July quitte le journal pour le sauver, selon ses dires, et obtempérer aux conditions posées par Rothschild. La rédaction fait mine de s’inquiéter de perdre une indépendance qu’elle n’a plus depuis dix ans. July remplacé par Rothschild avec l’accord du premier, cela annonce déjà le mariage de Carla Bruni avec Nicolas Sarkozy en 2008 : la fusion complète, enfin réalisée, entre la droite libérale et la gauche libertaire. Ainsi, ce qui semble un scandale ou une anomalie à beaucoup n’est en réalité qu’une conclusion strictement logique d’un processus enclenché depuis plusieurs décennies et qui trouve là son achèvement.

2010 : paradoxes terminaux

Depuis le départ de Serge July, Laurent Joffrin a eu la direction de Libé, fait la campagne de Ségolène Royal en 2007 et enrayé légèrement la chute des ventes en 2010 et 2011, laissant cette année-là son poste à Nicolas Demorand. Le déclin s’est depuis de nouveau confirmé et fin 2013, le quotidien prévoit une perte nette de 1,3 million d’euros, alors qu’Édouard de Rothschild et les héritiers de l’éditeur italien Carlo Carraciolo annoncent vouloir se désengager. Devant cette débâcle bien réelle, le quotidien s’empêtre toujours davantage dans sa propre mythologie comme un vieillard cherchant désespérément à rallumer la flamme de sa jeunesse. Aussi, après la mort du jeune Clément Méric en juin dernier, Libé a-t-il employé tous les moyens pour recycler le cadavre du jeune homme en icône, et pour régler ainsi ses propres problèmes de légitimité : mettre en scène une hypothétique menace fasciste qui ferait passer Libé, comme à ses débuts, pour un organe de résistance et non pour un organe de collaboration avec le pouvoir. Le 15 novembre dernier, le fantasme du vieillard sembla se réaliser. Un homme au crâne rasé entra dans la rédaction pour faire feu. C’est tout Libé qui serait « méricisé », martyr du fascisme ressuscité, accrédité dans ses délires ! Cependant, cruelle ironie de l’histoire, on découvrit cinq jours plus tard l’identité réelle du tireur, Abdelhakim Dekhar, un vieux militant d’extrême gauche qui avait déjà été mêlé à l’ « affaire Rey Maupin » vingt ans plus tôt, un « antifa », dont Libé, deux jours avant d’en être victime, approuvait les méthodes violentes dans ses propres colonnes, un révolutionnaire qui semblait incarner la version sénile des premiers rédacteurs du Libé des années 70 et qui tirait sur le Libé des années 2010 au nom de l’antifascisme délirant, un militant enfin qui, comme les rédacteurs du journal, voyait du fascisme partout, mais lui, même jusque dans Libé. Après la tragédie, la farce.

À quand le requiem ?

Dérouler l’histoire de Libération, c’est dérouler, en accéléré, l’histoire de la génération 68, une génération finalement saturée d’imaginaire, qui s’est forgée sur la mythification d’une révolution ratée, a régné par le « tout-culturel », et s’achève aujourd’hui dans le résistantialisme d’opérette. Sauf qu’entre temps, sur un plan très concret, cette génération aura accouché d’un nouveau consensus historique redoutable, le consensus libéral-libertaire, ayant laminé toutes les anciennes structures familiales, sociales, nationales selon lesquelles les hommes avaient jusque là toujours vécu, une tabula rasa plus formidable qu’aucun Bolchevik ne l’aurait jamais rêvé. Si un journaliste appartenant à une nouvelle génération désirait, aujourd’hui, combattre un pouvoir jugé inique et crypto-totalitaire, si un journaliste d’une nouvelle génération se retrouvait dans une attitude comparable à celle qu’adoptèrent les journalistes du premier Libération, et souhaitait, par conséquent, rendre la parole au peuple et combattre la presse aux ordres, il est fort possible qu’il agirait sur un média Internet financé par ses propres lecteurs afin, comme au temps du premier Libé, d’échapper à la double pression de la finance et de la publicité. Et s’il se penchait sur l’histoire de Libé, sur l’histoire, donc, de la génération qui l’a précédé, il est assez probable qu’il la jugerait aussi périmée que Serge July et ses acolytes durent juger la génération gaullienne, si bien que son papier finirait sans aucun doute à la manière d’une oraison funèbre. Quarante ans, c’est long. À quand le requiem ?

MD

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook